Accueil du site > Bulletin Terres de Foy > Toute ma vie (Terre de Foy n° 34 complément)

Toute ma vie (Terre de Foy n° 34 complément)

12 avril 2017 par Gilles

« Toute ma vie, les autres ont parlé pour moi »

Cette phrase d’Emmanuelle Laborit, née sourde, auteure d’un poignant best-seller autobiographique, « le Cri de la mouette » et du documentaire « Avec nos yeux », me rappellent mes premières années de scolarité.

Comme Moïse, Aristote, Rousseau, Churchill, j’avais le handicap d’être bègue et là s’arrête la comparaison. La nature m’avait infligé ce trouble à un âge où les camarades peuvent se montrer impitoyables. J’ai conservé de cette époque le souvenir cuisant du supplice de la prise de parole en public, en particulier la récitation. Je me revois, debout entre les bancs de la classe, tentant vainement, sous les risées, toutes sortes de stratégies pour éviter les consonnes dures, les répétitions des mêmes syllabes, les mots qui bloquent, la sensation de chaleur, la parole qui se fige. Tétanisé, je trouvais refuge dans un long mutisme coupable. Inutile de dire que la bataille était perdue d’avance quand il s’agissait de lever le doigt pour répondre : impossible de m’exprimer aussi vite que les autres. J’arrivais toujours après ! Les autres avaient parlé pour moi. A la peur des railleries s’ajoutait la honte de ne pas avoir répondu. Il s’ensuivait de longues séquences de silence rageur. La blessure de l’amour-propre se doublait de l’incapacité à communiquer. L’atténuation progressive de ces troubles m’a permis d’échapper au repli solitaire. C’est pourquoi l’histoire d’Emmanuelle Laborit force l’admiration. Après avoir découvert à l’âge de 7 ans le langage des signes et vaincu le mur du silence oppressant de son enfance qui la maintenait dans une prison absolue, elle prend sa revanche : « je suis devenue bavarde et lumineuse. La langue des signes était ma lumière, mon soleil, je n’arrêtais pas de m’exprimer, ça sortait, sortait, comme par une grande ouverture vers la lumière ». Personnalité hors du commun, elle a créé et dirige l’International Visual Theatre à Paris et a obtenu en 1993 le Molière de la Révélation théâtrale féminine pour son rôle dans « Les Enfants du Silence ».

Bravo et merci pour cette magnifique leçon de vie.

A. Bertoni

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.1.19 - Squelette ViaSPIP 2.1.10b