Accueil du site > Vie culturelle > Saintes soupes > LES "SAINTES" SOUPES (9- Soupe des Béguines)

LES "SAINTES" SOUPES (9- Soupe des Béguines)

7 février 2011 par Marie-Simone

Rien de meilleur qu’une bonne soupe pour nous réchauffer le corps, le coeur et l’âme.

En ces mois d’hiver, sous forme de feuilleton, (environ 20 épisodes) nous vous présenterons des recettes de soupes avec un court historique de son origine ou du saint inspirateur.

LA SOUPE EST DELICIEUSE

LA SOUPE EST NOURRISSANTE

LA SOUPE PEUT ALLUMER VOTRE FEU INTERIEUR

LA SOUPE EST CHAUDE OU FROIDE

LA SOUPE EST EPAISSE OU CLAIRE

LA SOUPE EST SAINE, LEGERE ET STIMULANTE

TOUT LE MONDE EN CONVIENT.

Bernard Clayton (Livre des soupes et pots au feu)

 

LA SOUPE DES BEGUINES

Proportions pour 4 à 6 personnes :

1,75 l d’eau - 2 poireaux tranchés - 4 grosses pommes de terre, pelées, coupées en dés - 4 carottes, pelées et tranchées - 4 belles tranches de pain rassis - sel et poivre, au goût - 1/2 cuil. à café de muscade moulue - 1 bol de crème légère - 1 cuil. à soupe de beurre - persil et cerfeuil ciselés.

Porter l’eau à ébullition dans une grande marmite. Ajouter les poireaux coupés, les pommes de terre, les carottes et le pain. Diminuer à feu moyen, couvrir et cuire pendant une heure.

Ajouter sel et poivre, au goût et remuer. Eteindre le feu et laisser reposer la soupe pendant 5 à 10 minutes. La verser dans le robot-mixeur, homogénéiser jusqu’à ce qu’elle soit épaisse et crémeuse.

Remettre la soupe dans la marmite. Ajouter la muscade, la crème et le beurre. Bien remuer et porter à légère ébullition. Ajouter le persil et le cerfeuil, servir immédiatement.

 

Maisons de Béguines en Belgique

 

LES BEGUINES

 

Cette recette est la version d’une soupe des Flandres, au nord de la Belgique. Son nom indique qu’elle a vu le jour chez les béguines.

Le béguinage était une institution médiévale qui autorisait les femmes laïques pieuses à mener une sorte de vie religieuse en communauté, sans avoir prononcé de voeux perpétuels. Il s’agissait de l’une des rares possibilités pour les femmes, en dehors du mariage ou de la prise de voile. Les béguines vivaient dans de belles petites maisons attachées, comme on peut encore en voir à Courtrai et surtout à Bruges. Elles étaient indépendantyes et avaient le droit de conserver leurs servantes. Elles avaient toutefois une église commune pour leurs dévotions et se tenaient mutuellement compagnie. En général, elles formaient un groupe de femmes progressistes qui souhaitaient affirmer leur indépendance vis-à-vis des hommes, autant que l’époque le leur permettait. C’étaient des femmes d’une grande culture et certaines devinrent d’illustres mystiques.

Comme institution, les béguines étaient particulièrement nombreuses en Hollande et en Belgique, dans la région des Flandres. En France, Rouen étaient un des lieux de leur implantation.

Elles avaient des homologues masculins, plus rares toutefois, les "béguards" ou "béguins".

Quelques béguines célèbres :

  • sainte Marie d’Oignies 1176-1213
  • sainte Julienne de Cornillon 1193-1258
  • sainte Christine de Stommelen 1242-1312
Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.1.19 - Squelette ViaSPIP 2.1.10b